Pagayeur d'Iroise

dimanche 30 août 2015

Je me la pète

Il y a peu j'ai posté un Compte Rendu d'une de mes sorties pêche du bord. Certains l'auront surement lu sur ma page Facebook.
C'est un CR normal d'une sortie normale que tout le monde aurait pu faire. Mais après l'avoir relu je me suis dit qu'il y manquai sa version plus, comment dire??? Pro voilà c'est le terme. Et là j'ai repensé à tout ces CR que je peux lire sur l'incontournable réseau social que nous fréquentons. Et qui deviennent vite indigeste à force.

Dans un premier temps je vous remets la version originale à la suite viendra la version remastérisée. Vous pourrez ainsi faire le parallèle. Je me suis simplement inspiré de vous tous petits et grands, copains ou pas. C'est juste ironique jamais méchant alors ne vous vexez pas si vous vous reconnaissez dans certains passages... c'est un peu voulu.

En fait je ne suis sponsorisé par personne et c'est pas plus mal. A moins que de bénéficier d'une remise de 10% dans un magasin suffise à me faire rentrer dans cette catégorie des semi-pro.
Je ne fais que pêcher sans prétentions techniques particulières. Mes CR ne ressemblent pas à des énumérations sans fin de page de catalogue. Je ne m'exhibe pas avec les casquettes ou les T-Shirts de telles ou telles marques sur les réseaux sociaux.
Je fais un truc tout bête.....je pêche pour moi par plaisir. Pour celui aussi de partager avec quelques copains en toute simplicité.

Si un jour je cède aux sirènes du sponsoring c'est qu'il y aura derrière une activité professionnelle réelle et  non imaginaire.

Mais même là je ne saurais changer. "Je ne me la pèterais pas"

----------------------------------
Il y avait longtemps que je n'avais pas croisé d'imbécile à la pêche.
Chose faites.
C'est vrai que depuis un bon moment j'évitais d'aller à Saint Anne du Portzic c'est surement pour cela.
Pour ceux qui connaissent je suis allé y faire un tour l'autre soir pour taquiner le calamar qui est présent en ce moment.
Comme il y avait du vent et que la marée était un peu trop basse je suis allé me poster sur la digue en pierre en face du mole. Histoire d'être à l'abri et pas trop haut par rapport à l'eau.
Deux pêcheurs quand à eux y étaient n'étant pas gêné par le vent ni la hauteur du quai au vu des "poutres" qu'ils utilisaient comme canne à pêche.
Chacun pêchant dans sa zone nous ne nous gênions pas.
Eux aux maquereaux moi aux calamars.
Au bout d'un petit moment ne voilà-t-il pas que je ferre mon premier tube gluant. Pendant que je le ramenais tranquillement au bord l'imbécile de service voyant ma canne fortement courbée décide de lancer au même endroit que moi.
Bien sur sans savoir ce que j'avais ramené.
Le temps qu'il pose sa bière et prenne sa canne je mets au sec le calamar et relance. Il ne trouve rien de mieux que de balancer sa mitraillette (6 plumes plus un snack de 80g que je verrais plus tard en lui rendant visite) sur ma ligne.
Donc coup de gueule de ma part, excuses de la sienne "il m'avait pas vu". Prends moi pour un abruti ça ira plus vite.
Il remballe son matos et retourne à sa bière sans m'avoir accroché au passage. Une chance pour lui n'étant pas du genre patient en ce moment j'aurais inauguré une nouvelle boite à gifle avec plaisir rien que pour lui.
Je me demande si la bière et la pêche vont ensemble à partir d'une certaine quantité et n'altère point le jugement de bon nombre de pêcheur.

----------------------------------

Il y avait longtemps que je n'avais pas croisé d'imbécile à la pêche.
Chose faites.
C'est vrai que depuis un bon moment j'évitais d'aller à Saint Anne du Portzic, située 48°21'43.0"N 4°33'13.8"W .
Pour ceux qui connaissent je suis allé y faire un tour l'autre soir pour taquiner le calamar qui est présent en ce moment.

Donc je m'y rendis au volant de mon véhicule 206HDI modèle 2000 couleur grise chaussée de pneumatique Michelin qui a vaillamment fait le job en gravissant la dernière cote à 3% menant à ce spot.
Et là revêtu de mon blouson D4 noir sans capuche au logo de mon partenaire Navikayak, que je remercie de tout cœur, casquette publicitaire du Télégramme de Brest vissée sur la tête, Lunettes polarisantes ALAGOA MAT sur le nez je préparais mon matériel dans la plus grande des concentrations. Il ne s'agit pas de se tromper dans le choix cornélien qui se présentait à moi.

Ayant passé une partie de l'après midi à étudier la météo et faisant le vide au plus profond de moi.

Je sortis donc ma canne Emaraldas Daiwa EMST 86 MAF sur lequel est monté un Moulinet Daiwa Infeet Emeraldas 2506 garni de Tresse Daiwa Tournament 8 Braid Accudepth 16/100, bas de ligne fluorocarbone 23/100 VARIVAS SHOCK LEADER EGING d'une longueur de 80cm.
Dans mon SAC CEINTURE STREET DAIWA DF1204 je mis mes Egi Yamashita #2.5 #3.0 EGI-O Q Live RWKM, BOKP, BPOK, BRPK, pour n'en citer que quelques uns parmi les 258 que je possède afin de couvrir toutes les cas de figure dans cette marque.
Comme il y avait du vent, 20 noeuds de SSO avec des rafales à 25 noeuds et que la marée était un peu trop basse je suis allé me poster sur la digue en pierre en face du mole. Choisissant un poste situé à 1.63m au dessus de la mer. Histoire d'être à l'abri et pas trop haut par rapport à l'eau. En effet vu la finesse de mon équipement je ne peux me permettre d'avoir une trop grande hauteur de quai. Le blank de ma canne Emaraldas Daiwa EMST 86 MAF aurait du mal à le supporter.

Deux pêcheurs quand à eux y étaient n'étant pas gêné par le vent ni la hauteur du quai au vu des "poutres" qu'ils utilisaient comme canne à pêche.
Chacun pêchant dans sa zone nous ne nous gênions pas. Eux aux maquereaux moi aux calamars.


Je commençais donc à lancer mon leurre, canne 45° arrière, léger coup de poignée afin d'avoir une accélération optimum pour une petite distance de 12.56m, laissant couler mon Egi à une profondeur de 3.75m tout en pratiquant le Bichi-Bachi, technique ancestrale japonaise. Au bout d'un petit moment ne voilà-t-il pas que je ferre mon premier tube gluant. Le blank carbone haut module de mon Emaraldas Daiwa EMST 86 MAF sur lequel est monté un Moulinet Daiwa Infeet Emeraldas 2506 garni de Tresse Daiwa Tournament 8 Braid Accudepth 16/100, un bas de ligne fluorocarbone 23/100 VARIVAS SHOCK LEADER EGING d'une longueur de 80cm plia fortement. Pendant que je le ramenais tranquillement au bord je n’éprouvais que du bonheur de voir qu'elle a une fois de plus fait le job. Je me trouvais presque dans un état second au bord de l'extase.
L'imbécile de service voyant ma canne fortement courbée décide de lancer au même endroit que moi.
Bien sur sans savoir que j'avais ramené un magnifique calmar commun, aussi appelé selon les régions encornet, chipiron (Pays basque) ou supion dans le Midi (Loligo vulgaris) qui est une espèce de grand calmar, appartenant à la famille des loliginidés, dont on distingue deux sous-espèces.
Le temps qu'il pose sa bière pas fraiche d'une grande marque française que je ne saurais recommander de consommer avec modération et prenne sa canne je mets au sec le calmar et relance. Il ne trouve rien de mieux que de balancer sa mitraillette (6 plumes plus un snack de 80g que je verrais plus tard en lui rendant visite) sur ma ligne.
Donc coup de gueule de ma part, excuses de la sienne "il m'avait pas vu". Prends moi pour un abruti ça ira plus vite.
Il remballe son matos et retourne à sa bière sans m'avoir accroché au passage. Une chance pour lui n'étant pas du genre patient en ce moment j'aurais inauguré une nouvelle boite à gifle avec plaisir rien que pour lui.
Je me demande si la bière et la pêche vont ensemble à partir d'une certaine quantité et n'altère point le jugement de bon nombre de pêcheur.

Je continuais à pêcher et point de No-Kill tout en Catch et No Release je remplis ainsi mon seau comme un gros viandard.

Je ne saurais vous recommander la lecture de cet article écrit par mon mentor, celui qui m'a tout appris dans son infini sagesse sans qui je ne serais rien en ce bas monde. Margatte et Chipiron

Demain je vais aller aux Fish voir si les Seabass sont présent à défaut je me rabattrais sur les Labrax. Un lunker manque à mon riche palmarès cette année. Pour le moment je n'ai fais que des 60 up je ferais bien un 90 down.

Allez Let's go to my bungalow..... il est tard

Je tenais à remercier #Peugeot#Daiwa#Yamashita#Décathlon#La Station de  carburant de Carrefour#Le seau de colle vide récupéré chez Brico Dépôt#Ifremer pour avoir construit la digue de St Anne du Portzic en 1970.
mes excuses à tous ceux que j'oublie sans qui cette sortie n'aurait pu se faire.




vendredi 26 juin 2015

Jackson Kayak CUDA14 - Essai

Il m'a été donné de naviguer ces derniers jours avec un tout nouveau kayak. Enfin nouveau pour moi qui était un habitué des kayaks pontés et non des Sit On Top.
Étant pêcheur depuis de nombreuses années j'ai voulu passer le cap de la pêche en kayak. J'en ai essayé des Kpêche, des grands, des gros, des petits, ... Et là j'ai eu la possibilité d'emprunter le CUDA14  de chez Jackson.
Hormis le changement d'assise qui caractérisai mon ponté habituel je me suis vite retrouvé dans une position confortable. Confidence pour confidence j'ai failli m'endormir à Landevennec lors d'une récente session. Donc en avant pour la deuxième manche de la Sea Kayak Fishing à Concarneau. J'espérais pouvoir tenir 11h00 assis sur ce kayak sans devoir abandonner pour cause d'inconfort. Rien de tout cela les 11h00 de la manche sont passées comme une lettre à la poste tant est si bien que je n'ai même pas débarqué le midi comme la grande majorité des 90 participants. Déjeuner avec vu imprenable sur la baie de Concarneau. La classe.
La version que j'ai utilisé n'avait pas de gouvernail et bien je ne m'en suis pas rendu compte. Je n'ai pas été gêné par cette absence. Il est vrai que c'est un petit plus niveau confort de navigation mais loin d'être indispensable.
Surpris aussi par la qualité de sa glisse. Je me disais avant de partir tu vas faire comme les autres tu vas te trainer avec ta bassine en plastique. Et bien non. Bon c'est pas un fibre je vous l'accorde mais il n'est pas ridicule question vitesse.
Stable, spacieux et des agencements simples et fonctionnels m'ont convaincu.


Une petite visite s'impose, sur ce lien elle est dans la langue de Shakespeare mais ci dessous elle est en français.
 
Caractéristiques Techniques
Longueur
4,35 m
Largeur
0,75 m
Pagayeur
60 - 100 kg
Charge maxi
181 kg
Nombre de place(s)
1
Matériau
Polyéthylène
Garantie
1 an
Poids du produit
36,00 kg avec le siège

Spécifications

  • Cale-pieds réglables plastique
  • Elastique de pont arrière
  • Fix pagaie (x2)
  • Gouvernail
  • Poignées de portage
  • Porte-canne(s)
  • Puits d'autovidage
  • Sangle de relevage
  • Siège confort amovible
  • Siège(s) dosseret(s)
  • Trappe étanche arrière
  • Trappe étanche avant
Je ne résiste pas à l'envi de vous montrer quelques photos que notre ami Jan m'a fait parvenir. Il les a faites lors de sa sortie en solo sur un spot conseillé par un copain. Bon je dévoile pas l'endroit mais une chose est sure c'est en Bretagne.
Jan notre ami tchèque découvre la pêche du Bar en Bretagne

Les kayaks de pêche Jackson sont distribués par Navikayak
Toutes les versions sont équipées de gouvernail
Une multitude d'accessoires sont disponible sur commande




mercredi 17 juin 2015

Secret de Polichinelle

Que vient donc faire ici Polichinelle, illustre représentant de la Commedia Dellarte ? Cherche-t-il à nous convaincre qu'il est apparenté à Macchus et Kikirrus, bouffons impertinents et sots des Atellanes ?
Rien de tout cela mais je trouve ce personnage haut en couleurs  bien proche de certains de nos amis pêcheurs.
Ce qu'ils ont de commun c'est surement leur goût du secret. De ceux que personne ne connait mais que l'on répète à l'envi.
N'avez vous point écouté nos anciens de retour de la pêche se vanter d'être les seuls à connaitre les bons coins?
Vous savez ceux que personne ne connait. Ceux consignés jadis dans un vieux carnet d'enseignure que l'on se transmettait de père en fils. Je suis sur que vous en connaissez.
Pour ma part ceux sont leurs descendants que je rencontre le plus souvent. Fiers et imbus de leur savoir. De leurs connaissances. Enfin surtout du nouveau combiné sondeur-gps qui leur a couté un bras.
Je me demande si parfois dans leur lointaine jeunesse, pas si lointaine pour la plupart, ils ont appris à lire une carte papier. Je me demande.
Je les croise de temps en temps le nez vissé à l'écran de leur sondeur cherchant à attraper le malheureux poisson qui a eu la malencontreuse idée de passer par là.
Il faut dire que ces dernières années ce type de matériel a fait de fulgurant progrès. Sur certain il est même possible de visualiser les poissons et je ne parle pas de la malheureuse "virgule" qui s'affiche. Je parle d'une vraie image.
J'attends avec impatience des options qui nous permettront de connaitre leur taille, leur poids, le leurre à utiliser et pourquoi pas la meilleure recette de cuisine.
Il est regrettable que l'électronique l'emporte sur le sens marin.


J'aimerais un jour que ces pêcheurs fiers comme des bar-tabacs fassent l'effort de revenir sur terre, enfin sur mer plutôt. Qu'ils prennent le temps de vivre au lieu de courir le poisson-trophée dans le seul but de se pavaner une fois rentré au port. Exhibant fièrement l'image numérique de cette pauvre bestiole.

Confidences pour confidences mes coins de pêche sont tellement secret que même les poissons ne les connaissent pas. C'est pour vous dire.

lundi 1 septembre 2014

Pratique d'un autre âge

Depuis quelques semaines SeaSheperd lutte contre une pratique d'un autre âge. Le GRIND.
Nous sommes en Europe aux Iles Féroé. Ce n'est pas bien loin et pourtant un peuple se disant férue d'écologie et volontiers donneur de leçons baigne dans le sang des mammifères marins.

Cette pratique se justifiait autrefois en raison de l'isolement de ces iles et de la pauvreté de celle-ci.
Aujourd'hui cette pratique ne se justifie plus sur le plan strictement alimentaire mais elle perdure au nom d'une tradition désuète et hors d'âge.

Nous pouvons lutter à notre façon avec nos petits moyens au coté de fondation de défense des animaux. Le web et les réseaux sociaux sont de merveilleux outils. Utilisez les sans  modération en inondant les pages Facebook dont dépendent ces iles et tant d'autres.

De nombreux sites d'informations existent:
- Stop the grind
- SeaSheperd
- GEO
etc...

Quelques images valant mieux qu'un long discours. Les photos ci dessous apparaissent grace aux liens vers leurs sites. Nous ne les hébergeons pas.
Par curiosité tapez : Iles Féroé Globicéphale sur votre moteur de recherche. Vous serez surpris des images que vous y trouverez.



mercredi 16 juillet 2014

TipTop la caravane


Bon de retour après cette semaine équestre je vais vous parler de mon dernier test de matériel.

J'ai eu l'occasion  d'essayer la caravane TipTop de chez Savager's durant les championnats de France Open Poney à Lamotte-Beuvron.

Ben oui il y a pas que le kayak dans la vie.

Nous avons eu un temps humide pour ne pas dire exécrable durant les 7 jours de compétition. Le premier qui me dit qu'il ne pleut qu'en Bretagne je l'exile en Sologne en juillet. L'occasion de voir comment se comporte ce petit bijou d'ingéniosité  sous le mauvais temps était trop belle.
Après presque 07h00 de route nous voilà enfin arrivé, ma fille commençait à perdre patience "c'est quand qu'on arrive ?" vu le refrain lancinant des derniers kilomètres.
Ma vaillante 206HDI a trainé sans problème la TipTop Escape depuis la Bretagne. Le gabarit n'est pas très imposant*.
Avec sa bouille rigolote elle a vite attiré tout le gotha du monde hippique local. Et j'ai vu luire dans les yeux de mes visiteurs d'un jour une lueur d'envie à mesure que les nuages noirs se rapprochaient. Heureusement que j'étais sur le camping et non dans le village commercial sinon je n'aurais plus eu de voix en fin de journée à force de la décrire aux curieux.

J'ai encore raté l'occasion de passer inaperçu.

Six jours de pluie ont eu raison de bon nombres de tentes. Duvets et vêtements mouillés. Sauf nous qui étions au sec et au chaud. Luxe et confort au milieu d'une prairie boueuse. Elle est pas belle la vie ?
Bon là il n'y a pas de kayak sur le toit mais je compte bien en mettre un sous peu et partir en ballade.
Cette petite caravane a été pour nous une bonne surprise à la fois de part son gabarit mais aussi de ses aménagements. Ils sont idéaux pour un week-end de randonnée, pour en revenir à mes premières amours... le kayak. Ou un séjour plus long, nous sommes bien restés une semaine sans bouger. Enfin si un peu, juste pour courir entre les gouttes.

La TipTop Escape avec son barnum
Une petite séance de montage et hop nous voilà installé pour une semaine. Bien m'a pris de le faire rapidement la pluie s'est invitée aux festivités en fin d'après midi et ne nous a pas quitté ou si peu.
La TipTop Escape avec son barnum qui se range dans le coffre.
Les portes latérales sont équipées de moustiquaires et de vitres coulissantes.
Barnum bien vite squatté par des ados bien décidées à en faire leur QG


Elle est cachée derrière
la chambre, un lit deux places spacieux avec ses rangements
cuisine équipée à l'arrière
*Technique
  • Longueur : 3,84 m
  • Largeur : 2,00 m
  • Hauteur : 1,65 m
  • Poids : 450 kg
  • Charge : jusqu'à 280 kg
  • Hauteur intérieur : 1,07 m
  • Longueur intérieur : 2,00 m
  • Taille du matelas (Lxlxh) : 195X146X10
  • Taille pneus : 175/70 R13
les autres modèles de la gamme
- TipTop Wave
- TipTop Free rider
- TipTop Alpha