Pagayeur d'Iroise

mardi 30 août 2016

Ecole de Pêche

Une École de Pêche n'est pas uniquement destinée aux ignares, aux bons à rien ou à ceux qui n'y comprennent que couic.
Je sais que tout le monde sait pêcher. Que tout un chacun est un génie de la pêche, il n'y a qu'à voir à la belle saison les massacres de maquereaux qui finissent en rillettes et ensuite pour la plupart à la poubelle. Mais qui permettent de passer pour un vrai pêcheur, un pur, un dur, un tatoué, un mec qui en a quoi.
Combien de fois n'ai je pas entendu des bravaches qui plus par orgueil qu'autre chose prétendaient n'avoir besoin de personne. J'ai arrêté de les compter. Un peu comme celui qui a ses "coins secrets" dans la Rade de Brest. Une rade sillonnée depuis des décennies par des milliers de pêcheurs pour ne citer qu'elle mais qui ignore que l'on peut y trouver plus d'une trentaine d'espèces.

Une feuille de chou locale prétendait il y a peu qu'un bon pêcheur est un pêcheur qui prend du poisson. Vision simpliste d'une passion aux multiples facettes.

C'est pour cela que je me suis décidé à créer cette École de pêche.

J'espère qu'elle permettra d'inculquer à ceux qui me rejoindront le respect de la ressource, une application des bonnes techniques et une certaine humilité. En un mot, avoir un comportement de pêcheur responsable et à même de se remettre en question au bon moment.

La pêche est aussi une école de patience et de modestie bien loin de ce que véhicule trop souvent les réseaux sociaux

Pour plus d'infos cliquez ici

dimanche 30 août 2015

Je me la pète

Il y a peu j'ai posté un Compte Rendu d'une de mes sorties pêche du bord. Certains l'auront surement lu sur ma page Facebook.
C'est un CR normal d'une sortie normale que tout le monde aurait pu faire. Mais après l'avoir relu je me suis dit qu'il y manquai sa version plus, comment dire??? Pro voilà c'est le terme. Et là j'ai repensé à tout ces CR que je peux lire sur l'incontournable réseau social que nous fréquentons. Et qui deviennent vite indigeste à force.

Dans un premier temps je vous remets la version originale à la suite viendra la version remastérisée. Vous pourrez ainsi faire le parallèle. Je me suis simplement inspiré de vous tous petits et grands, copains ou pas. C'est juste ironique jamais méchant alors ne vous vexez pas si vous vous reconnaissez dans certains passages... c'est un peu voulu.

En fait je ne suis sponsorisé par personne et c'est pas plus mal. A moins que de bénéficier d'une remise de 10% dans un magasin suffise à me faire rentrer dans cette catégorie des semi-pro.
Je ne fais que pêcher sans prétentions techniques particulières. Mes CR ne ressemblent pas à des énumérations sans fin de page de catalogue. Je ne m'exhibe pas avec les casquettes ou les T-Shirts de telles ou telles marques sur les réseaux sociaux.
Je fais un truc tout bête.....je pêche pour moi par plaisir. Pour celui aussi de partager avec quelques copains en toute simplicité.

Si un jour je cède aux sirènes du sponsoring c'est qu'il y aura derrière une activité professionnelle réelle et  non imaginaire.

Mais même là je ne saurais changer. "Je ne me la pèterais pas"

----------------------------------
Il y avait longtemps que je n'avais pas croisé d'imbécile à la pêche.
Chose faites.
C'est vrai que depuis un bon moment j'évitais d'aller à Saint Anne du Portzic c'est surement pour cela.
Pour ceux qui connaissent je suis allé y faire un tour l'autre soir pour taquiner le calamar qui est présent en ce moment.
Comme il y avait du vent et que la marée était un peu trop basse je suis allé me poster sur la digue en pierre en face du mole. Histoire d'être à l'abri et pas trop haut par rapport à l'eau.
Deux pêcheurs quand à eux y étaient n'étant pas gêné par le vent ni la hauteur du quai au vu des "poutres" qu'ils utilisaient comme canne à pêche.
Chacun pêchant dans sa zone nous ne nous gênions pas.
Eux aux maquereaux moi aux calamars.
Au bout d'un petit moment ne voilà-t-il pas que je ferre mon premier tube gluant. Pendant que je le ramenais tranquillement au bord l'imbécile de service voyant ma canne fortement courbée décide de lancer au même endroit que moi.
Bien sur sans savoir ce que j'avais ramené.
Le temps qu'il pose sa bière et prenne sa canne je mets au sec le calamar et relance. Il ne trouve rien de mieux que de balancer sa mitraillette (6 plumes plus un snack de 80g que je verrais plus tard en lui rendant visite) sur ma ligne.
Donc coup de gueule de ma part, excuses de la sienne "il m'avait pas vu". Prends moi pour un abruti ça ira plus vite.
Il remballe son matos et retourne à sa bière sans m'avoir accroché au passage. Une chance pour lui n'étant pas du genre patient en ce moment j'aurais inauguré une nouvelle boite à gifle avec plaisir rien que pour lui.
Je me demande si la bière et la pêche vont ensemble à partir d'une certaine quantité et n'altère point le jugement de bon nombre de pêcheur.

----------------------------------

Il y avait longtemps que je n'avais pas croisé d'imbécile à la pêche.
Chose faites.
C'est vrai que depuis un bon moment j'évitais d'aller à Saint Anne du Portzic, située 48°21'43.0"N 4°33'13.8"W .
Pour ceux qui connaissent je suis allé y faire un tour l'autre soir pour taquiner le calamar qui est présent en ce moment.

Donc je m'y rendis au volant de mon véhicule 206HDI modèle 2000 couleur grise chaussée de pneumatique Michelin qui a vaillamment fait le job en gravissant la dernière cote à 3% menant à ce spot.
Et là revêtu de mon blouson D4 noir sans capuche au logo de mon partenaire Navikayak, que je remercie de tout cœur, casquette publicitaire du Télégramme de Brest vissée sur la tête, Lunettes polarisantes ALAGOA MAT sur le nez je préparais mon matériel dans la plus grande des concentrations. Il ne s'agit pas de se tromper dans le choix cornélien qui se présentait à moi.

Ayant passé une partie de l'après midi à étudier la météo et faisant le vide au plus profond de moi.

Je sortis donc ma canne Emaraldas Daiwa EMST 86 MAF sur lequel est monté un Moulinet Daiwa Infeet Emeraldas 2506 garni de Tresse Daiwa Tournament 8 Braid Accudepth 16/100, bas de ligne fluorocarbone 23/100 VARIVAS SHOCK LEADER EGING d'une longueur de 80cm.
Dans mon SAC CEINTURE STREET DAIWA DF1204 je mis mes Egi Yamashita #2.5 #3.0 EGI-O Q Live RWKM, BOKP, BPOK, BRPK, pour n'en citer que quelques uns parmi les 258 que je possède afin de couvrir toutes les cas de figure dans cette marque.
Comme il y avait du vent, 20 noeuds de SSO avec des rafales à 25 noeuds et que la marée était un peu trop basse je suis allé me poster sur la digue en pierre en face du mole. Choisissant un poste situé à 1.63m au dessus de la mer. Histoire d'être à l'abri et pas trop haut par rapport à l'eau. En effet vu la finesse de mon équipement je ne peux me permettre d'avoir une trop grande hauteur de quai. Le blank de ma canne Emaraldas Daiwa EMST 86 MAF aurait du mal à le supporter.

Deux pêcheurs quand à eux y étaient n'étant pas gêné par le vent ni la hauteur du quai au vu des "poutres" qu'ils utilisaient comme canne à pêche.
Chacun pêchant dans sa zone nous ne nous gênions pas. Eux aux maquereaux moi aux calamars.


Je commençais donc à lancer mon leurre, canne 45° arrière, léger coup de poignée afin d'avoir une accélération optimum pour une petite distance de 12.56m, laissant couler mon Egi à une profondeur de 3.75m tout en pratiquant le Bichi-Bachi, technique ancestrale japonaise. Au bout d'un petit moment ne voilà-t-il pas que je ferre mon premier tube gluant. Le blank carbone haut module de mon Emaraldas Daiwa EMST 86 MAF sur lequel est monté un Moulinet Daiwa Infeet Emeraldas 2506 garni de Tresse Daiwa Tournament 8 Braid Accudepth 16/100, un bas de ligne fluorocarbone 23/100 VARIVAS SHOCK LEADER EGING d'une longueur de 80cm plia fortement. Pendant que je le ramenais tranquillement au bord je n’éprouvais que du bonheur de voir qu'elle a une fois de plus fait le job. Je me trouvais presque dans un état second au bord de l'extase.
L'imbécile de service voyant ma canne fortement courbée décide de lancer au même endroit que moi.
Bien sur sans savoir que j'avais ramené un magnifique calmar commun, aussi appelé selon les régions encornet, chipiron (Pays basque) ou supion dans le Midi (Loligo vulgaris) qui est une espèce de grand calmar, appartenant à la famille des loliginidés, dont on distingue deux sous-espèces.
Le temps qu'il pose sa bière pas fraiche d'une grande marque française que je ne saurais recommander de consommer avec modération et prenne sa canne je mets au sec le calmar et relance. Il ne trouve rien de mieux que de balancer sa mitraillette (6 plumes plus un snack de 80g que je verrais plus tard en lui rendant visite) sur ma ligne.
Donc coup de gueule de ma part, excuses de la sienne "il m'avait pas vu". Prends moi pour un abruti ça ira plus vite.
Il remballe son matos et retourne à sa bière sans m'avoir accroché au passage. Une chance pour lui n'étant pas du genre patient en ce moment j'aurais inauguré une nouvelle boite à gifle avec plaisir rien que pour lui.
Je me demande si la bière et la pêche vont ensemble à partir d'une certaine quantité et n'altère point le jugement de bon nombre de pêcheur.

Je continuais à pêcher et point de No-Kill tout en Catch et No Release je remplis ainsi mon seau comme un gros viandard.

Je ne saurais vous recommander la lecture de cet article écrit par mon mentor, celui qui m'a tout appris dans son infini sagesse sans qui je ne serais rien en ce bas monde. Margatte et Chipiron

Demain je vais aller aux Fish voir si les Seabass sont présent à défaut je me rabattrais sur les Labrax. Un lunker manque à mon riche palmarès cette année. Pour le moment je n'ai fais que des 60 up je ferais bien un 90 down.

Allez Let's go to my bungalow..... il est tard

Je tenais à remercier #Peugeot#Daiwa#Yamashita#Décathlon#La Station de  carburant de Carrefour#Le seau de colle vide récupéré chez Brico Dépôt#Ifremer pour avoir construit la digue de St Anne du Portzic en 1970.
mes excuses à tous ceux que j'oublie sans qui cette sortie n'aurait pu se faire.