Pagayeur d'Iroise

jeudi 24 novembre 2011

Essai kayak PLAY carbone de chez Arrow

Il est à regretter que cette marque n'ai pu retrouver un importateur/revendeur sérieux et compétent pour être diffusée de nouveau suite à l'arrêt des activités de Sirena-Kayak.

Tout comme le NUKA le PLAY a lui aussi eu droit à quelques améliorations en 2012. Une version LV a vu aussi le jour, intéressant pour les petits gabarits.
Des photos valant mieux que de grand discours je vous laisse les découvrir.
Le modèle que j'ai eu l'occasion de voir de près est le Arrow Play Solid
Fixation des cale-pieds par inserts.La coque n'est plus percée pour accueillir la boulonnerie.
Boule de passage de pagaie de série
Nouvelle fixation du dosseret
Réglage par cliquets
Construction Epoxy/ Soric / Verre / Kevlar en infusion sous vide
Renfort de ligne d'échouage
Une Quatrième trappe
----------------------------------------------------------------------------------------------------
 Le compte-rendu ci dessous a été réalisé en 2011
-----------------------------------------------------------------------------------------------------


-----------------------------------------------------------------------------------------------------
Une fois n'est pas coutume je vais vous parler de mon kayak. J'utilise depuis plusieurs mois un PLAY carbone de chez Arrow. Je dois tout d'abord en remercier Ewenn de me l'avoir fait connaitre et de m'avoir prêté le premier exemplaire.


J'ai eu l'occasion de naviguer dans des conditions très variées. En randonnée vers Molène et Ouessant sur plusieurs jours, en sortie "courant" dans le Golfe du Morbihan par gros coeff, à la pêche au Tinduff, en surf à Porz Illien, en randonnée relax à Bréhat et Etel.....



Voici d'abord quelques caractéristiques
Longueur: 5,13m
Largeur: 53cm
Poids: 24kg en verre - 21kg en Carbone
Capacité: 355 litres
Charge: 156 kg
Construction en Infusion sous vide cuit au four

J'ai pour ma part le premier PLAY en carbone arrivé en France. Un peu de chance je l'avoue sur ce coup là.
La construction est soignée, la soudure pont-coque est de très bonne facture...finition parfaite. le noir de sa coque en "jette" un max.  Un peu de frime ne fait pas de mal. Le carbone ça fait classieux. Et puis quel plaisir de pouvoir le charger sur l'épaule (sans se la démonter) et de descendre vers la mer pagaie à la main. Une vrai carte postale.

Allez retour sur terre et faisons le tour de Sirwenn (c'est son petit nom). Donc..... il est équipé d'une trappe ronde à l'avant, d'un trappe de jour devant le cockpit et d'une trappe ovale à l'arrière, largement de quoi loger tout le nécessaire pour une virée de plusieurs jours.

Le pont est assez haut et permet un bon confort des jambes grâce aussi à un grand hiloire.


Le siège est confortable avec un petit plus au niveau du réglage du dosseret. Deux cliquets, inspirés des sièges rivières, permettent de peaufiner les réglages. J'aurais préféré que ces cliquets soient accessibles, comme sur certains kayaks de rivières, au niveau des cuisses.


Des cales pieds facilement réglable complètent le tout.


N'oublions pas une dérive avec commande à gauche, dont je ne me sers quasiment pas. Il est très peu sensible au vent. Je passerais sur les détails du pont "élastiques et autres poignées de portage" qui équipent tout bon kayaks digne de ce nom.


Lors des chargements je suis seul dans mon garage et j'ai apprécié son poids raisonnable "21kg". Quel changement depuis mon premier kayak un Arktika Ultima qui devait bien peser ses 27kg.


Sa coque est à bouchains vifs, ce que j'apprécie particulièrement, avec son giron assez prononcé. Un peu de gîte, un coup de pagaie et il tourne quasiment sur place. Cela est du au fond plat sous le cockpit. Malgré ses lignes peu tendues sa vitesse de croisière est très bonne. Je me rappelle encore les appels de mes camarades de la MOS 2011 me demandant de ralentir. Il est vrai que j'avais à la fois un bon kayak, une bonne pagaie et une bonne revanche à prendre sur l'année passée.


Il a une bonne tendance à partir au surf et surtout à tenir sa ligne sans vouloir virer à droite ou à gauche pour aller faire son malin. Les bouchains sont assez marqués vers l'arrière pour un meilleur maintiens lors des surfs. Ces derniers s'adoucissent légèrement vers l'avant qui garde un bon volume et évite ainsi à la pointe d'enfourner et il file comme un beau diable.
A Etel je me rappelle avoir vu arriver la plage un peu trop vite à mon gout ainsi qu'à Lampaul-Ploudalmézeau d'ailleurs. Des esquimautages aisés avec un pont arrière bas et un bon calage des jambes.

Ce fut pour moi une agréable surprise d'avoir à la fois un kayak manœuvrant et rapide, d'une largeur normale. Mais surtout léger. J'ai en horreur les kayaks lourds sous prétexte de solidité, large sous prétexte de stabilité.
Ce sont des arguments de vente farfelus. Pourquoi tout sacrifier à ces pseudos critères et devoir subir une barcasse à peine bonne pour décorer un jardin dans un triste lotissement en banlieue ? Quel plaisir y a t il à "pousser" de l'eau ? A part se dégouter du kayak ....

Le PLAY est un kayak assez polyvalent car suffisamment volumineux pour partir en rando plusieurs jours et utilisable à la journée pour s'amuser, ce qui est le principal de nos sorties voire même l'essentiel. Combien d'entre nous faisons des randonnées au de là du week-end ? Bien peu. Pourquoi alors acheter une "gros" kayak pour de futures expéditions que nous ne ferons jamais si ce n'est dans nos rêves ou alors un jour peut être ? D'ici là je vous conseille le PLAY. Et j'espère que comme moi vous y prendrez beaucoup de plaisir.

Jluc
ps: tous les mots en "ORANGE" vous mèneront vers des sites web. Cliquez dessus.
Raz de Sein avec Fou de kayak
  Nividic - crédit photo Laurent














3 commentaires:

  1. Muchas gracias por tu exposición, ayuda con mi elección.

    RépondreSupprimer
  2. Muchas gracias por tu exposición, ayuda con mi elección.

    RépondreSupprimer
  3. Muchas gracias por tu exposición, ayuda con mi elección.

    RépondreSupprimer